Peinture

Nicolas Untersteller

Difficile de ne pas penser à Jerome Boch pour ce tableau qui semble surréaliste ... Pourtant ce peintre a oeuvré début 20 em siècle , il a décoré des bâtiments publics ....

Nicolas Untersteller naît à Stiring-Wendel, en Lorraine, pendant la première annexion allemande. Après de brillantes études à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg de 1921 à 1923, il intègre l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’Atelier de Cormon (1854-1924) et de Jean-Pierre Laurens (1875-1932) et son frère Paul Albert Laurens (1870-1934), également professeurs à l’Académie Julian. Il reçoit le deuxième Premier Grand Prix de Rome en 1928. Il épouse en 1929, Hélène Delaroche (1907-1996), également peintre. Il part à la Villa Médicis à Rome de 1929 à 1931. En 1930, il est professeur de dessin aux cours Yvon et crée en 1931 une école de peinture à Metz et y présente son exposition « Retour de Rome ». De 1933 à 1934, il est pensionnaire à la Casa de Velázquez à Madrid en Espagne. En cette année 1934 naît sa fille Marguerite-Marie à Metz.

Membre de l’Académie des beaux-arts, Nicolas Untersteller enseigne la fresque à l’École des beaux-arts de Paris en 1937. L’année 1940 voit la naissance de son second enfant et premier fils, Louis-Paul, à Sèvres. Il est nommé membre du Conseil supérieur des beaux-arts de Paris en 1940. De 1941 à 1948 il est professeur, chef d’atelier de peinture et compte parmi ses élèves : Jean-Marie Pirot, plus connu aujourd’hui sous son pseudonyme d’Arcabas, peintre d’art sacré, Henriette Lambert, Ernest Risse, peintre verrier qui sera lui aussi lauréat de la Casa de Velãsquez, et Roger Forissier. En 1948 il est nommé directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts.

Bien qu’ayant réalisé des portraits, des nus ou des paysages en tableaux, il est surtout connu pour ses fresques. Il décora des édifices publics de Moselle en particulier, et aussi ailleurs en France, de l’art sacré avec l’église Saint-Pierre-de-Chaillot, les vitraux peints de l’Église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus de Metz ou la peinture sur fer de l’église Sainte-Barbe de Crusnes, des œuvres sur des bâtiments publics comme la salle d’attente de l’aéroport du Bourget ou la gare de Grenoble avec des peintures sur des panneaux d’aluminium anodisé (sa dernière œuvre). Il a également réalisé des panneaux pour les salons du paquebot Liberté et la décoration et le dessin des costumes du ballet Hop Frog de l’opéra de Paris en 1954.

Un collège porte son nom dans sa ville natale de Stiring-Wendel.